• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Ok
La Fabrique de patrimoines en NormandieNormandie Images

Auteurs

André CHÂLE

André CHÂLE
    • Mon père, André CHÂLE, est né à CAEN, le 11 février 1912. Il a fait ses études à CAEN, il est allé ensuite à l'école d'opticiens de MOREZ (Jura) où il a obtenu son diplôme d'opticien-lunetier. Il a créé, en 1934, l'OPTIQUE DU PROGRES, place Saint-Pierre à CAEN, au-dessus de la toujours actuelle Grande Pharmacie du Progrès. Il s'est marié en 1936 à Odette VEUCLIN, laborantine. Ils ont eu deux enfants, Philippe (1943, décédé) et Marie-Hélène (1945). Ils ont été, comme le restant de la famille, totalement sinistrés. Ils habitaient au début de la rue Saint-Jean, au-dessus de l'ancienne charcuterie POUPINET (face à la pharmacie). Le magasin a été rouvert rue Paul Doumer, face à la FNAC, anciennement GARE ROUTIERE. Ensuite, il s'est agrandi à côté, l'enseigne étant maintenant LISSAC. Il n'a eu de cesse de développer son activité ; son but était de satisfaire une clientèle variée et exigeante. La technicité, la rigueur, la méticulosité, l'honnêteté étaient ses maîtres-mots. Il utilisait les machines à la pointe du progrès pour tailler les verres, les monter ensuit sur les lunettes. Il y avait une dizaine d'employés. Ses journées, dont il aimait partager les événements le soir à la maison, étaient longues et précieuses. Il se ressourçait le dimanche en forêt, la nature lui apportant une détente bien venue (il n'aimait pas la mer, trop monotone à son goût). Toujours positif et plein d'humour, il s'émerveillait comme un enfant de ce qu'il voyait. Les nouvelles techniques scientifiques le passionnaient et il les mettait au service de son métier. Il a formé beaucoup d'opticiens et ses collègues et clients se souviennent, même s'ils sont beaucoup moins nombreux maintenant évidemment de ce « petit » monsieur. Il s'intéressait à tout et lisait des revues scientifiques traitant notamment « de l'infiniment grand et de l'infiniment petit » son dada. La photo et le cinéma étaient ses hobbies. Ses films, à partir de 1946 ont été d'ailleurs numérisés par LA FABRIQUE DE PATRIMOINES, les précédents ayant été totalement détruits aux bombardements ainsi que caméra et appareils. Il développait lui-même ses pellicules, faisait des agrandissements, colorisait à la main, etc. Il s'était créé au grenier une chambre noire. L'OMJ, rue Albert Sorel, à CAEN, le sollicitait de temps en temps pour présenter en conférence des films relatifs à CAEN et à sa reconstruction et certains événements. Bien qu'à la retraite, il continuait à aller régulièrement au magasin qui était sa vie avec celle de sa famille. Mes parents très soudés aimaient voyager quand ils le pouvaient. Malheureusement, le matin du 29 NOVEMBRE 1984, se promenant à bicyclette, comme il en avait l'habitude, il a fait une chute sur le Grand Cours (Cours Koënig) et il est mort, on suppose et espère, sur le coup, laissant tout le monde abasourdi et triste.
      Rédaction : Marie-Hélène Châle
Réalisation(s) de André CHÂLE
  • Région Normandie
  • RF - Préfète de la région Normandie
  • RF - Ministère de la culture
  • CNC
  • Normandie pour la Paix
  • Journées du mur de l'atlantique
  • Atlantikwall
  • 2018 European year of cultural heritage
  • Cofinancé par le programme Europe créative de l'Union européenne
Plan du site   |   Mentions légales   |   Designed by diateam   |   powered by diasite