• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Ok
La Fabrique de patrimoines en NormandieNormandie Images
Parcours thématiques
      • La guerre d’Algérie

      • La guerre d’Algérie
        • Départ des appelés - Film "Algérie 1" Jean-Jacques Saussay
      • A la suite de la « Toussaint Rouge » le 1er novembre 1954, la guerre éclate en Algérie. Le Front de libération nationale mène de nombreuses opérations de guérilla avec pour objectif l’indépendance de l’Algérie. En réaction, Pierre Mendès France, Président du Conseil envoie des troupes militaires pour maintenir l’ordre et combattre l’insurrection.

        Véhicules de reconnaissance stationnés dans une base française en Algérie. Photographie, fonds Halbout-Pays de Flers.

        Près de 2 500 000 soldats sont envoyés en Algérie entre 1954 et 1962, la majorité des combattants sont des appelés qui effectuent leur service militaire. Enfants sous l’Occupation, ces soldats de la « troisième génération du feu » ne connaissent pas ou peu l’Algérie avant leur déploiement. Partant majoritairement de Marseille à bord de navires comme le Ville d’Alger ou le Sidi Mabrouk, les hommes du contingent arrivent en Algérie après une journée en mer. La traversée de la Méditerranée représente pour beaucoup le premier grand voyage. Les soldats immortalisent ce moment au travers de nombreuses photographies.

        Traversée de la Méditerranée en direction de l'Algérie. Photographie, fonds Le Richeux.

        Les journées des soldats sont marquées par de nombreuses activités très diverses : patrouilles dans les zones urbaines, combats dans les régions montagneuses, évacuations de villages, construction de points fortifiés, convois, etc. Les soldats sont dirigés en Algérie par des officiers aux profils très divers. Certains ont participé aux combats entre 1939 et 1945 ou en Indochine alors que d’autres sont totalement inexpérimentés. Cette mixité se retrouve dans la manière de vivre le conflit. Les combattants de 1954 n’ont pas vécu la même guerre d’Algérie que ceux de 1962. Les conditions de vie étaient très différentes selon le lieu d’affection, mais aussi selon l’année de présence en Algérie. Les membres du contingent sont alors inscrits dans des temporalités éclatées, renforçant le sentiment d’avoir vécu une guerre « unique et personnelle » dont le seul dénominateur commun est celui d’appartenir à une même classe d’appelés.

        • Convoi de ravitaillement - Film "Metlili des Chaamba" Pierre Cordier

        • Construction d'une position fortifiée sur un piton rocheux. Photographie, fonds Appert.

        • Evacuation de villageois vers un centre de regroupement. Photographie, fonds Appert.

        La vie quotidienne des soldats français revêt également des aspects plus atypiques. Se déplaçant dans un territoire qui leur est inconnu et se rendant hors de métropole pour la première fois, les soldats découvrent et immortalisent de nombreux paysages du Djebel ou de la Mitidja. Durant leurs permissions, ils se rendent au cœur de ruines antiques comme à Tipaza, filment les villages et les populations locales non sans rappeler l’orientalisme du XIXème siècle. Emportant avec eux des appareils photos et des caméras, les soldats immortalisent des scènes de vie, créant de fait un nombre considérable d’archives apportant un nouveau point de vue sur la guerre d’Algérie.

        Famille pauvre des Hauts-Plateaux. Photographie, fonds Halboult-Pays de Flers.

        L'indépendance algérienne prend effet le 5 juillet 1962, à la suite de huit années de guerre. Les derniers soldats français quittent l’Algérie en 1964, 23 196 ont trouvé la mort durant le conflit. Bien qu’il soit compliqué d’établir des chiffres exacts, près de 250 000 combattants algériens du FLN sont également morts durant la guerre d’indépendance.

        Inhumation d'un soldat français mort en Algérie. Photographie, fonds Appert.

         

        Rédaction des textes : Valentin Quiédeville

        Recherches documentaires, sélection des extraits, rédaction des notices  : Aurélien Marie, Agnès Deleforge, Christelle Langlois, Sophie Pottier et Marc Pottier

        Remerciements : Pierre Cordier, Jean-Jacques Saussay, Marie-Claire Vivier, Philippe Poutrel, Monsieur Appert, Madame Appert et Jacques Le Richeux

      • Médias en lien avec ce thème
      • Aucun résultat
  • Région Normandie
  • RF - Préfet de la région Normandie
  • CNC
  • Normandie pour la Paix
  • Journées du mur de l'atlantique
  • Atlantikwall
  • 2018 European year of cultural heritage
  • Cofinancé par le programme Europe créative de l'Union européenne
Plan du site   |   Mentions légales   |   Designed by diateam   |   powered by diasite