• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Ok
La Fabrique de patrimoines en NormandieNormandie Images
Parcours thématiques
      • Le voyage

      • Le voyage
      • Mobilisés pour la guerre d’Algérie, les appelés ont généralement vingt ans lorsqu’ils sont envoyés en Afrique du Nord pour des opérations de maintien de l’ordre. La notion de voyage les accompagne tout au long de leur vie sous les drapeaux. Ce déploiement marque bien souvent pour les soldats la première grande aventure. Ils embarquent pour un territoire qu’ils ne connaissent pas. Bien plus qu’un simple voyage, cette période allant de leur mobilisation à l’arrivée sur leur base en Algérie marque un rite de passage entre l’enfance et l’âge adulte.     

        Entraînement de soldats avant le déploiement. Photographie, fonds Le Richeux.

        • Départ des appelés de la gare d'Amiens. Film  "Algérie 1", Jean-Jacques Saussay.

        • Navire de commerce utilisé pour transporter des troupes entre la métropole et l'Algérie. Photographie, fonds Le Richeux

        Lorsqu’ils quittent leurs bases en métropole pour se rendre en Afrique du Nord, les appelés sont rassemblés par régiments ou bataillons. C’est à ce moment que les familles et les proches prennent le temps de prendre quelques photographies en souvenir du départ de leur fils. Les soldats montent pour la plupart à bord de trains en direction de Marseille. Le trajet peut être relativement long, de fait, les trains de marchandises et civils sont prioritaires sur ceux militaires, les arrêts en gare sont très fréquents et toujours sous bonne garde pour éviter toute tentative de désertion.

        Portrait de famille avant le départ d'un appelé. Photographie, fonds Le Richeux.

        Portrait de famille avant le départ d'un appelé. Photographie, fonds Le Richeux.

        Les hommes du contingent embarquent dans des navires marchands civils portants des noms comme "Ville d’Alger", "Ville d’Oran" ou encore le "Sidi Mabrouk". « La Méditerranée traverse la France comme la Seine traverse Paris », tel était le slogan populaire dans les années 1950. Pourtant, la traversée n’a rien de simple. Alors que les soldats fixent leur départ en photographiant ou filmant la Basilique Notre-Dame-de-la-Garde depuis le pont du navire, le trajet s’avère souvent bien plus délicat. La troupe est entassée dans les cales pendant près de 24 heures, beaucoup de soldats sont en proie au mal de mer. Certains navires anciens comme le Sidi Mabrouk marquent les esprits. Destiné originellement au transport de moutons, il est lesté avec du béton pour le maintenir à l’équilibre, l’odeur de mazout qui se dégage du navire marque les soldats.     

        L'arrivée au port d’Alger, à Oran ou encore à Bône (aujourd’hui Annaba) est une étape importante dans le rite de passage que constitue le voyage. Les soldats sont confrontés à la réalité avec la présence massive d’hommes en armes. Pourtant le « choc » des cultures n’a pas encore lieu, bien souvent, les soldats sont débarqués dans des villes à l’européenne. Les quartiers pauvres ne sont pour le moment pas visibles.

        Départ des appelés, film "Metlili des Chaamba," Pierre Cordier

        Le voyage ne s’arrête pas au port, il continue avec le déploiement de l’unité dans son lieu d’affectation. Les hommes sont de nouveau entassés dans des camions ou dans des trains. Ces derniers roulent là aussi au ralenti, mais pour des raisons différentes, l’armée craint que les routes ou les voies soient sabotées. C’est en pénétrant au cœur de l’Algérie que les soldats découvrent une culture et des paysages qu’ils ne connaissent pas. Quand cela est possible, ils prennent de nombreuses photographies et cherchent à immortaliser ce qu’ils vivent. Enfin, les soldats arrivent dans leurs bases d’aviation, leurs fermes fortifiées, ou encore leurs casernes dans lesquelles ils s’apprêtent à passer plusieurs mois si ce n’est plusieurs années pour certains.       

        Un convoi en Algérie. Photographie, fonds Le Richeux.
  • Région Normandie
  • RF - Préfet de la région Normandie
  • CNC
  • Normandie pour la Paix
  • Journées du mur de l'atlantique
  • Atlantikwall
  • 2018 European year of cultural heritage
  • Cofinancé par le programme Europe créative de l'Union européenne
Plan du site   |   Mentions légales   |   Designed by diateam   |   powered by diasite